De nos jours, l’ampleur et la multiplication des développements de modèles d’Intelligence Artificielle dans tous les domaines posent de plus en plus la question de l’engagement moral et éthique de ces usages. A l’image de la réglementation RGPD mise en œuvre depuis Mai 2018, la question de la conscience de chaque développeur, de l’encadrement des algorithmes, de la représentativité équilibrée et sans biais des données d’origine sont de véritables interrogations que chacun devrait se poser avant tout développement. La mixité, l’absence de biais sociétal, les choix sans orientations préétablies…, sont-ils réellement des axes imprégnés dans l’encadrement des projets d’IA ?

De ce fait, Axiodis en partenariat avec ADEL ont développé un cadre moral accompagnant les projets numériques de l’IA en observant un certain nombre d’exigences, de préconisations et de règles, élaborées, vérifiées et discutées à chaque étape de conception, de mise en place, et d’usage. Cela leur a permis d’en concevoir des critères éthiques, selon eux déterminants, essentiels et universels, basés sur le principe de l’« Ethics by Design » (Ethique dès la conception) pour tendre vers un principe totalement novateur de l’ « Ethics by Evolution » (Ethique durant / par l’évolution

Ainsi, engagée dans une démarche éthique et responsable, Axiodis encadre tous ses projets d’IA autour d’axes de respect des chartes et principes éthiques.  

Les valeurs éthiques, pragmatiques et écoresponsable de l’entreprise, ont permis de mener des recherches R&D engagées autour de l’éthique de la Data et des Algorithmes. C’est à partir de cette vision d’universalisation qu’AXIODIS a ressentis la nécessité de construire des outils d’accompagnement et d’encadrement éthiques relatifs à l’IA.

La méthode AXIOETK, d’évaluation du niveau d’engagement éthique d’une IA est pragmatique et se base sur une connaissance approfondie des statistiques traditionnelles ainsi que celles issues de la Data Science (Machine Learning, Deep Learning). Elle respecte les grands principes évoqués dans les lignes directrices présentées par l’UE en avril 2019 pour une IA éthique ainsi que les valeurs de la charte de Montréal.

Peut-être est-ce un premier pas pour amener de la conscience éthique aux développements.